Back to home
Coups de coeur, Critiques, Lecture

Derrière le mur coule une rivière – Saverio Tomasella –

« Vivre, ce n’est pas se trouver, c’est se créer » G. B. Shaw

Coucou à tous,

Aujourd’hui j’avais envie de vous parler d’un livre qui m’a un peu remué, dans le bon sens du terme.

J’ai eu le plaisir de découvrir en avant première le dernier roman de Saverio Tomasella, « Derrière le mur coule une rivière » édité aux Edition S.Leduc.

Je suis particulièrement friande des ouvrages « Bien être » et « Développement personnel » qui sont à mon sens aujourd’hui plus que jamais réellement essentiels.

De plus, il va paraitre le jour de mon anniversaire, le 2 Mai 2018, un signe? peut être, en tout cas j’aime à le penser.

Ce roman fait suite au Best Seller « A fleur de peau » que je n’ai pas encore lu mais je dois bien avouer qu’après la découverte de celui ci il m’apparait évident que je vais m’empresser d’aller me le procurer.

C’est un roman un peu particulier puisqu’il s’agit en fait d’un roman dit « initiatique » au lâcher-prise. Je dois avouer que cela m’a autant intrigué qu’attiré. L’auteur Saverio Tomasella est un docteur en psychologie qui s’est attardé longuement sur un sujet qui fait écho pour moi : l’ultrasensibilité, il a même fondé un Observatoire spécialisé dans ce domaine.

Derriere le mur coule une riviere mamzellemaman

Dans cet  excellent Roman contemporain, on a le plaisir de faire la connaissance d‘Estelle, le personnage principal, celle qui va nous permettre, par le biais de son propre cheminement, de nous poser des questions déroutantes et constructives. Un personnage qui m’a d’abord semblé presque détestable et il m’aura fallu arriver à la fin de son histoire pour me rendre compte que ce qui m’a le plus déplu en elle n’est ni plus ni moins que tout ce qui me déplait au plus au point en moi même.

Au gré de ses échanges, de ses rencontres et d’évènements de la vie comme ceux de tout un chacun, elle va évoluer malgré la difficulté récurrente à lutter contre ou pour elle-même. Des personnages riches et émouvants ponctuent et agrémentent son cheminement. Je me suis surprise à quelques larmes tant certains personnages comme Béatrice, sa voisine, ou Raphaël son compagnon, sont bons, entiers et généreux. Ce genre de personnages qui rayonnent tellement que leur lumière profite à tout ceux qui croisent leur chemin. J’ai aussi été un peu remuée puisque la fille d’Estelle se prénomme Manon, comme ma grande Mamzelle à moi.

Derriere le mur coule une riviere mamzellemaman

J’ai éprouvé quelques difficultés à rentrer dans l’histoire, parce qu’en fait cette Estelle ne me plaisait pas. Mais comme je vous l’expliquais plus haut, c’est un peu mon coté sombre qu’il ne me plaisait pas trop de côtoyer. Cependant, l’histoire se it facilement et est découpée de telle manière qu’il est aisé d’y faire une pause et d’y revenir sans perdre le fil. J’ai particulièrement apprécié l’évolution tout en douceur de son cheminement personnel. D’autant que sans m’en rendre compte de suite, chaque question soulevée, chaque cap passé, me renvoyait à mon expérience personnelle. C’est étrange de voir que l’on semble partager à notre façon un certain trajet introspectif  mais surtout émotionnel. J’y ai fait de jolies découvertes, des ouvrages mentionnés qui me donne une furieuse envie d’aller à leur rencontre, des méthodes dont j’ignorait l’existence et qui m’attirent comme elle m’intriguent et dont je vous parlerais très prochainement. J’ai été prise aux tripes par cette  charmante voisine Béatrice mais également contre toute attente par Estelle au gré de son « évolution » comme si ces victoires et petits bonheurs résonnaient en moi.

Derriere le mur coule une riviere mamzellemamanDerriere le mur coule une riviere mamzellemaman

Il me tardait d’arriver à la fin, je l’espérais presque comme je l’ai découverte. Une fin qui m’a fait du bien mais qui dans le même temps me faisait un peur. Un sentiment de … « et après? vous me laissez poursuivre seule? » Même si je m’étais déjà mis en tête de procéder à une seconde lecture pour m’imprégner  au mieux de ce joli roman inspirant, j’eu le plaisir de découvrir quelques pages supplémentaires, généreusement et  soigneusement rédigé pour nous aider dans nos propres chemins de vie. Il s’agit d’un « Guide pratique du lâcher prise ». Ce guide reprends les différentes étapes traversées par Estelle, de manière plus concises et sous formes de questions à se poser à soi même. Je suis absolument enchantée de cette dernière partie du roman, une vrai mine d’or pour moi comme pour tout lecteur car ses questions si universelles soient elles renvoient à l’expérience propre de chacun ainsi qu’à ses sentiments, ses craintes, sa façon de voir le monde et soi même.

Derriere le mur coule une riviere mamzellemaman

En définitive ce roman est un vrai coup de coeur pour moi, je lui donne 5/5 et comme il est bon de partager les bonheurs petits et grands, je vous propose de gagner cet ouvrage. Et oui… Je vous donnerais rendez vous le 2 mai, date de sa parution officielle ( et de mes 37 printemps ^^) ici et sur Facebook pour un concours éclair. L’idée d’envoyer ce petit trésor à l’un ou l’une d’entre vous me réjouie déjà.

Je vous souhaite une magnifique journée, et n’oubliez pas cette profonde citation mentionnée dans le Guide pratique du lâcher-prise par Saverio Tomasella :

« Vivre, ce n’est pas se trouver, c’est se créer » G. B. Shaw

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
By MamzelleMaman, 21 avril 2018

MamzelleMaman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Pour ne rien manquer des nouveaux posts.
Find us on instagram

@mamzellemaman